You are currently browsing the category archive for the ‘V.6. Autres expériences’ category.

Auteur : Louis- Edouard Pouget

La Communauté Urbaine de Lyon a signé une convention de coopération avec la Commune de Porto Novo capitale du Bénin, portant essentiellement sur des actions de protection du patrimoine et du tourisme. Les élections municipales de 2008 ont désigné un nouveau Maire M. Moukaram OCENI. Celui-ci a souhaité un appui de la part de la Communauté Urbaine de Lyon dans le domaine des déchets.

Note succinte après la mission de Louis-Edouard Pouget à Porto-Novo : gestion-des-dechets-de-la-ville-de-porto-novov2

Quelques exemples en images de la valorisation de la MO, des paipers/cartons, des plastiques rigides et de produits divers (métaux, caoutchouc, verres…).

Document complet : valorisation-des-dechets-des-villes-du-sud

Auteur : Hameye Timbaleck Traore

Cas de la jacinthe d’eau douce en compost chez des jardiniers de Jarela (Bamako Mali).

Article disponible en ligne sur : http://base.d-p-h.info/fr/fiches/premierdph/fiche-premierdph-5388.html

Auteur : Christophe Beau

Convenons-en, le taillis pour ne pas dire la broussaille, digère peu à peu les massifs cévenoles. Entretemps, l’agriculture régresse et même disparait dans certaines vallées. En bref : d’un côté on intensifie plus ou moins heureusement certains fonds de vallée irrigués. De l’autre on abandonne l’agriculture de terrasses. Que faire ? Et qui ira croire encore à l’avenir de l’intensification (maraîchère notamment), alors que la surproduction augmente et que les marges s’annulent ?

L’idée est simple : recyclons la biomasse forestière pour faire d’une pierre 3 coups. Lutter contre les incendies, produire moins cher à partir de compost végétal, et mettre en marché un produit de meilleure qualité. Voilà l’enjeu du « test oasis » qui a porté sur la production maraîchère et qui a été mis en oeuvre par l’association cévénole.

Article complet sur : http://base.d-p-h.info/fr/fiches/premierdph/fiche-premierdph-2521.html

Auteurs : Sylvie Dideron

Le compostage est une pratique très ancienne en Chine et continue à jouer un rôle essentiel dans le mode de reproduction de la fertilité des systèmes de production.

1. A Bozhou, dans la grande plaine alluviale du fleuve jaune, les fosses à compost sont préparées chaque année fin juillet/début août. En effet, le compost est destiné à être épandu fin septembre en fumure de fond avant le semis du blé. Deux mois sont nécessaires sous les températures élevées d’été pour que les fermentations liées au compostage puissent avoir lieu. Chaque famille creuse sa propre compostière près des habitations ou à proximité des canaux de drainage. Ces lieux sont les plus proches des sources des matières à composter et plus faciles à surveiller (contre le vol).

Article complet sur : http://base.d-p-h.info/fr/fiches/premierdph/fiche-premierdph-100.html

Auteurs : Christophe VADON, Baba OUEDRAOGO

Baba Ouedraogo, responsable de l’ASSY (Association pour la survie dans le Sahel au Yatenga) explique sa première expérience de fondation d’un groupement :

« En 1988, j’ai eu l’occasion d’aller à une formation de compostage au sein de la fédération des groupements Naam. C’était avec le Ministère de l’Agriculture durant 2 semaines, nous étions 12 personnes. Après cette formation, j’ai trouvé cette technique de compostage très intéressante par rapport à ce que je faisais déjà à la ferme de Grand-Passage, mon oncle : « nous, on est formés, mais nous ne constituons pas une masse de gens suffisante pour vraiment réaliser cette initiative très bonne pour les cultures et pour la reconstitution du sol » et j’en ai parlé à Grand-Passage, à ce moment président actif de la FUGN. « Si tu as quelque chose à proposer, m’a t-il dit, propose et va voir Bernard Lédéa Ouedraogo (le fondateur des Naam) ». Moi, je voulais que les personnes formées se réunissent en comité pour vulgariser cette technique. Il m’a introduit chez Bernard Lédéa Ouedraogo (B.L.O.) qui a trouvé impeccable cette idée et m’a dit : « moi je suis prêt à vous épauler ».

Article complet sur : http://base.d-p-h.info/fr/fiches/premierdph/fiche-premierdph-6365.html

À la demande du gouvernement local, l’équipe de la ville ciblée de Dakar, sous la direction de l’Institut africain de gestion urbaine, mène actuellement des projets de recherche avec les parties intéressées afin d’éclairer l’élaboration de politiques sur l’utilisation sûre et durable de l’emplacement.

L’équipe entend examiner diverses solutions au plan local pour atténuer les répercussions sur la santé, améliorer la qualité de l’environnement et favoriser la création d’emplois.  La firme québécoise Econoler International collabore également avec l’équipe afin d’évaluer la possibilité d’extraire le méthane de la décharge et d’ainsi pouvoir obtenir des crédits d’émission de carbone en vertu du Mécanisme pour un développement propre du Protocole de Kyoto.

Les projets de recherche concertés contribueront à la mise en place de futures politiques de gestion intégrée des déchets solides dans l’ensemble de la région et apporteront des solutions en vue de la remise en état, sur le plan environnemental, des décharges un peu partout en Afrique.

Programme complet du projet « Villes Ciblées » sur http://www.idrc.ca/fr/ev-81920-201-1-DO_TOPIC.html

Waste Concern est un organisme qui a démarré, en 1995, un projet de compost au sein de la communauté, destiné à promouvoir le concept des « 4 R » (Réduire, Réutiliser, Recycler et Récupérer les déchets) dans les zones urbaines. Cette approche se base sur l’idée que le contenu organique des ordures ménagères de Dhaka (représentant plus de 70% de tous les déchets) peut être converti, de manière efficace, en compost pratique. Ceci réduit le coût de disposer des ordures et prolonge la durée de vie des sites d’enfouissement des déchets. Cela permet aussi de réduire l’impact néfaste sur l’environnement des sites d’enfouissement car les ordures organiques sont responsables de la contamination des nappes phréatiques (l’eau dans le sol) et de l’émission d’un gaz appelé méthane. En transformant les ordures organiques en compost, on peut améliorer les sols des zones urbaines.

Détail complet du projet :

exemple-dune-experience-reussie-au-bangladesh-avec-tearfund-international-learning-zone-imp