You are currently browsing the category archive for the ‘V.5. Maroc’ category.

Actuellement, les déchets produits par les habitants de Kasba Tadla (près de 37.000 habitants, donc sans doute de l’ordre de 30 à 35 tonnes par jour) sont collectés en totalité et évacués vers une décharge non contrôlée située à quelques kilomètres de la ville. Ce remarquable taux de collecte se traduit par l’extrême propreté de la ville mais ne fait que transférer le problème plus loin. La décharge est située au creux d’un thalweg, à proximité d’un cours d’eau, cours d’eau qui traverse ensuite la ville.

Un projet vise à mettre en place le traitement des eaux usées pour limiter la pollution de ce cours d’eau et les risques sanitaires qui en découlent. Il est donc logique, en parallèle, de réfléchir à une solution qui éviterait également la pollution de l’eau par les déchets. En effet, la dégradation de la matière organique des déchets entraîne, outre la production de biogaz (mélange facilement inflammable de méthane et de dioxyde de carbone), la production d’eau qui, ajoutée à l’humidité intrinsèque des déchets et à l’eau de pluie, traverse la décharge et le sol (on parle alors de lixiviats) pour atteindre les nappes phréatiques et alluviales.

Rapport complet : projet-compostage-kasba-tadla-mai08