You are currently browsing the category archive for the ‘V. Projets Monde’ category.

Auteur : Louis- Edouard Pouget

La Communauté Urbaine de Lyon a signé une convention de coopération avec la Commune de Porto Novo capitale du Bénin, portant essentiellement sur des actions de protection du patrimoine et du tourisme. Les élections municipales de 2008 ont désigné un nouveau Maire M. Moukaram OCENI. Celui-ci a souhaité un appui de la part de la Communauté Urbaine de Lyon dans le domaine des déchets.

Note succinte après la mission de Louis-Edouard Pouget à Porto-Novo : gestion-des-dechets-de-la-ville-de-porto-novov2

Publicités

Créée en 2004, l’association Gevalor (www.gevalor.com) basée à Olivet (45) a pour objet de promouvoir la valorisation des déchets des pays en développement dans le cadre du concept de développement durable, sur des bases à la fois scientifiques et pragmatiques. Ainsi l’association développe un mode de valorisation des déchets urbains approprié aux pays du Sud en tenant compte des paramètres socio-économiques, géographiques et climatiques spécifiques à ces pays.

Le principal projet est mené à Mahajanga, port et troisième ville de Madagascar avec ses 250 000 habitants, en concertation étroite avec les autorités locales (Ville, Région et représentations régionales des ministères). Dans l’état actuel des choses seulement le tiers des déchets urbains est collecté et stocké en décharge. Les déchets non collectés fermentent dans les rues et entretiennent des nuisances qui dégradent l’état sanitaire de la ville, tandis que les déchets stockés sur la décharge génèrent un gaz, le méthane, très nocif comme paramètre de l’effet de serre, responsable du réchauffement climatique. Compte tenu du niveau de vie très bas des habitants et donc de ses ressources financières limitées, la Municipalité ne peut guère améliorer significativement cette gestion des déchets suivant les approches classiques (en particulier, une valorisation du méthane produit demanderait trop d’investissements).

Actions de Gevalor à Madagascar :contacter Georges Morizot (georges-morizot@orange.fr)

Ce rapport reprend de manière succinte la gestion des déchets dans l’usine de traitement de Maipu, l’une des plus importantes du pays, et qui intégre une composante compostage.

Rapport complet : rapport-visite-planta-de-tratamiento

Quelques exemples en images de la valorisation de la MO, des paipers/cartons, des plastiques rigides et de produits divers (métaux, caoutchouc, verres…).

Document complet : valorisation-des-dechets-des-villes-du-sud

Document complet de présentation : vmouafo-compostage-cam-yaounde

Le GIC des composeurs de Bafoussam est née du projet Compost financé au départ en 1994 par la Coopération française. Après 5 ans de financement le groupe a acquis une autonomie et les membres se sont donc décidé de continuer cette action d’assainissement, de fabrication et de vulgarisation du compost dans la province de l’ouest.

Présentation complète : experiences-du-gic-des-composteurs-de-bafoussam

Bilan de la caractérisation : elans_091108_resultat-cara-dschang_gco-imp

Au début des années 1990, le Cameroun se trouve dans une situation socio économique et socio politique inconfortable. A cause de la crise économique qui sévit dans ce pays depuis 1987, les populations ont de la peine à joindre les deux bouts car les pertes d’emplois et par conséquent la baisse du pouvoir d’achat sont légions dans les familles. Le vent des revendications pour le retour au multipartisme et pour l’organisation d’une conférence nationale souveraine souffle sur le pays tout entier. Les villes deviennent les lieux par excellence d’expression de la violence populaire : roues des voitures brûlées sur les chaussées, barricades sur les voies publiques, affrontements entre les manifestants et les forces de l’ordre, incinération des rares bacs de collecte d’ordures, etc.

Dans ce contexte de crise économique, de mouvements d’humeurs socio politiques et par conséquent de désobéissance civile, les municipalités urbaines en général et les grandes métropoles du Cameroun en particulier éprouvent de la peine à évacuer et à traiter leurs déchets urbains. C’est ainsi que la plupart des villes et notamment Douala et Yaoundé croupissent sous le poids des ordures ménagères. Les déchets sont partout et toujours présents : dans les carrefours, dans les caniveaux, dans les cours d’eau, sur la chaussée. La situation devient tellement préoccupante que les tas d’ordures ménagères deviennent des éléments de repère pour certains points dans Yaoundé ou dans Douala.

Bilan complet : communication-valentin-mouafo-word

Auteur : Hameye Timbaleck Traore

Cas de la jacinthe d’eau douce en compost chez des jardiniers de Jarela (Bamako Mali).

Article disponible en ligne sur : http://base.d-p-h.info/fr/fiches/premierdph/fiche-premierdph-5388.html

Auteur : Christophe Beau

Convenons-en, le taillis pour ne pas dire la broussaille, digère peu à peu les massifs cévenoles. Entretemps, l’agriculture régresse et même disparait dans certaines vallées. En bref : d’un côté on intensifie plus ou moins heureusement certains fonds de vallée irrigués. De l’autre on abandonne l’agriculture de terrasses. Que faire ? Et qui ira croire encore à l’avenir de l’intensification (maraîchère notamment), alors que la surproduction augmente et que les marges s’annulent ?

L’idée est simple : recyclons la biomasse forestière pour faire d’une pierre 3 coups. Lutter contre les incendies, produire moins cher à partir de compost végétal, et mettre en marché un produit de meilleure qualité. Voilà l’enjeu du « test oasis » qui a porté sur la production maraîchère et qui a été mis en oeuvre par l’association cévénole.

Article complet sur : http://base.d-p-h.info/fr/fiches/premierdph/fiche-premierdph-2521.html