Auteur : Maxime Rouez

La caractérisation des phénomènes de biodégradation des déchets ménagers et assimilés (DMA), la compréhension des facteurs qui influencent ces phénomènes et la prévision du comportement des DMA en conditions anaérobies sont des enjeux importants pour la bonne gestion de ces déchets organiques. Cette étude a permis d’explorer ces trois thématiques par la mise en oeuvre de tests anaérobies contrôlés sur DMA et fractions de DMA. Les résultats obtenus montrent que pour les différents déchets et fractions étudiés, la biodégradabilité anaérobie est bien corrélée avec la biodégradabilité aérobie, mais difficilement corrélable avec les caractérisations chimiques qui se sont révélées insuffisantes. L’étude expérimentale a révélé la difficulté de réalisation d’un test de Potentiel Bio Méthanogène (PBM) optimisé, d’un point de vue cinétique notamment. La quantité de matière organique dégradable et disponible vis-à-vis de l’activité bactérienne au sein du test s’avèrent être des facteurs importants et délicats à maîtriser. Par ailleurs, des essais spécifiques ont confirmé les connaissances actuelles sur l’influence de quelques facteurs tels que la granulométrie et la teneur en eau. Une démarche de complexification successive d’un modèle a été mise en oeuvre en se restreignant aux expériences menées au laboratoire. Au-delà de la difficulté d’intégrer les facteurs d’influence dans un formalisme commun, un modèle suffisant a pu être identifié pour chaque condition opératoire.

Thèse complète : these-maxime-rouez-29-09-08

Publicités