Le CEFREPADE a engagé fin 2007 un vaste programme opérationnel d’optimisation de la gestion des déchets urbains dans les pays en développement. Il s’appuie sur son réseau international d’experts pour tenter de mettre en place localement des solutions autonomes pérennes, à ce jour dans les pays suivants : Burkina Faso, Haïti, Cameroun, Maroc, Algérie, Madagascar et Argentine.

Les principales nuisances générées par les déchets urbains dans les PED sont liées à leur teneur élevée en matière organique (qui attire notamment rongeurs, insectes et autres animaux) et la présence de matières plastiques. Ces matériaux, ainsi que d’autres présents dans les déchets (papiers, cartons, textiles, bois,…) étant des sources potentielles de matière ou d’énergie, il apparaît comme une évidence que leur valorisation peut non seulement améliorer la salubrité mais aussi créer de l’activité (création d’entreprises, emplois) et économiser des ressources.

Avec l’appui de l’ADEME et de la coopération française (AFVP), le CEFREPADE et l’Université Quisqueya ont décidé d’aider à la mise en place et au suivi de plate-formes de valorisation des déchets urbains en Haïti.

Proposition établie en vue de l’attribution d’une subvention par le SCAC : projet-compostage-haiti-du-cefrepade-nov2008

Publicités