Auteur : Christophe Beau

Convenons-en, le taillis pour ne pas dire la broussaille, digère peu à peu les massifs cévenoles. Entretemps, l’agriculture régresse et même disparait dans certaines vallées. En bref : d’un côté on intensifie plus ou moins heureusement certains fonds de vallée irrigués. De l’autre on abandonne l’agriculture de terrasses. Que faire ? Et qui ira croire encore à l’avenir de l’intensification (maraîchère notamment), alors que la surproduction augmente et que les marges s’annulent ?

L’idée est simple : recyclons la biomasse forestière pour faire d’une pierre 3 coups. Lutter contre les incendies, produire moins cher à partir de compost végétal, et mettre en marché un produit de meilleure qualité. Voilà l’enjeu du « test oasis » qui a porté sur la production maraîchère et qui a été mis en oeuvre par l’association cévénole.

Article complet sur : http://base.d-p-h.info/fr/fiches/premierdph/fiche-premierdph-2521.html

Publicités